Covoiturage pour l’or

Lorsque les bureaux de l’Office de protection de la nature de Toronto et de la région (TRCA) ont été relocalisés au nord de la ville, à Vaughan, en février, Dana Fountain et ses collègues n’ont eu d’autre choix que de réévaluer leurs déplacements. Le transport de Toronto à Vaughan est loin d’être le paradis du navetteur puisqu’il requiert l’achat d’un laissez-passer hebdomadaire plus cher et moins pratique afin de pouvoir emprunter les systèmes de transport en commun de la TTC et de VIVA. Cette situation a fait en sorte que Dana et plusieurs autres du TRCA ont eu à trouver une solution plus viable.

Dana Fountain et trois de ses quatre amis covoitureurs

Dana Fountain (complètement à droite) et trois de ses quatre amis covoitureurs

Le personnel du chapitre de Vaughan de Smart Commute Toronto nord est venu à la rescousse et a organisé une activité sociale à l’intention de l’ensemble du bureau. Celle-ci visait à former des groupes de covoiturage. Ainsi, Dana a pu se jumeler avec quelques-uns de ses collègues dont les trajets et les horaires correspondaient aux siens. C’est à ce moment que le covoiturage était né : cinq collègues réunis par leur détermination à l’égard d’un déplacement satisfaisant.

Dana occupant le siège de conducteur, le covoiturage a commencé à la gare TTC de Lawrence West et s’est poursuivi chaque matin à 7 h 30, alors qu’il arrive pour embarquer ses passagers. Trois personnes se rendent au point de rencontre à bord du métro, alors qu’une demeure suffisamment près pour marcher. Peu importe leur mode de transport individuel, les membres du groupe doivent collaborer pour faire en sorte que le covoiture soit une expérience agréable. Ces efforts comprennent non seulement le partage des coûts de l’essence, mais aussi l’utilisation d’un document Google Doc pour faire le suivi des passagers qui entrent et sortent. Chaque personne est ainsi tenue de respecter des normes élevées de fiabilité et de ponctualité.

Bien qu’ils doivent s’investir pour faire en sorte que le covoiturage fonctionne, Dana et ses covoitureurs estiment que l’exercice en vaut plus que la peine puisqu’il s’agit d’une expérience commune qui a fait d’eux des amis. Pendant leur déplacement, qui dure entre 35 et 60 minutes, les covoitureurs peuvent prendre des nouvelles des autres, rire un peu et même piquer un petit somme si l’un d’eux se sent fatigué. Ils font preuve de flexibilité dans ce qu’ils font pendant leur voyage. Peu importe comment ils meublent leur temps, les cinq sont d’avis que « voyager avec les autres est toujours plus agréable que de conduire seul », comme l’explique Dana.

Comme les Jeux panaméricains et parapanaméricains se dérouleront pendant cinq semaines cet été, les déplacements communs constitueront un élément clé de la stratégie visant à réduire la congestion routière. Dana est heureux qu’ils aient eu amplement de temps pour parfaire leur déplacement avant le début des Jeux. Ainsi, ils ont consigné un total de 96 trajets dans l’outil Smart Commute à ce jour. Maintenant qu’ils se sont bien pratiqués, les déplacements des covoitureurs pendant les Jeux se feront sans problème. De plus, bien qu’ils n’aient pas encore utilisé les voies réservées aux VMO de trois passagers et plus, Dana explique qu’il « songe à modifier l’horaire et l’itinéraire de leurs déplacements pendant les Jeux », ce qui prouve qu’il a une vraie âme de covoitureur Smart Commute. Nous sommes fiers de compter Dana et son équipe de covoitureurs parmi la famille Smart Commute et nous espérons que d’autres seront inspirés par leur mode de transport agréable, pratique et peu coûteux. À quoi d’autre peut-on s’attendre d’un déplacement?