Au sujet du transport scolaire

Le moyen de transport utilisé par les enfants pour se rendre à l’école n’est souvent perçu que comme une question de santé, mais des études montrent que les avantages du transport actif, tout comme les inconvénients de se faire reconduire en voiture, ont des effets bien plus importants sur nos enfants et nos communautés

C’est pourquoi le Plan de transport régional de Metrolinx, Le Grand projet, a pour objectif que d’ici 2031, 60 % des enfants de la région du grand Toronto et de Hamilton (RGTH) marchent ou roulent à vélo pour se rendre à l’école. Les choix de transport scolaire a une incidence sur le navettage de chacun puisque 20 % du trafic de l’heure de pointe matinale* est directement attribuable au transport des enfants à l’école. Ainsi, chez Smart Commute, nous offrons du soutien pour un transport scolaire actif et durable, en travaillant de près avec des groupes locaux, régionaux et provinciaux afin de favoriser l’élaboration de politiques, la planification et la mise en place de programmes et d’atteindre cet objectif.

Définition : Transport scolaire actif et durable

Se déplacer activement vers l’école (marche, vélo, roulettes) ou employer d’autres modes de transport durable comme le transport en commun, le covoiturage ou le transport scolaire par autobus pour les plus longues distances.

Le déclin du transport scolaire

Une étude de Metrolinx réalisée à l’échelle de la RGTH indique une baisse de 13 % de la marche ou du vélo pour se rendre à l’école entre 1986 et 2011, ainsi qu’une baisse de 7 % de l’utilisation du transport en commun. Pour la même période, c’est désormais près du double des jeunes qui se déplacent en voiture pour aller à l’école ou en revenir, une spectaculaire augmentation pour ce mode de transport. Le déclin des autres modes est particulièrement visible chez les enfants de 11 à 13 ans, un groupe qui a connu une baisse de 17 % des modes de transport actif. Par ailleurs, les filles sont 5 % moins susceptibles de choisir des modes actifs que les garçons. Pour les deux sexes confondus dans ce groupe d’âge, le transport en voiture est presque trois fois plus présent qu’il ne l’était en 1986.

Les données de la RGTH reflètent la tendance nationale. Selon le Bulletin de Participaction de 2015 sur l’état de l’activité physique chez les enfants et les jeunes, seulement 24 % des 5 à 17 ans au Canada utilisent des modes de transport actifs pour se rendre à l’école et en revenir, alors que 62 % utilisent des modes inactifs. Le fossé s’est creusé dans la dernière décennie. Seulement 9 % des jeunes de 5 à 17 ans au Canada (14 % des jeunes de 5 à 11 ans et 5 % des jeunes de 12 à 17 ans) répondent à la recommandation du gouvernement de cumuler au moins 60 minutes d’activité physique modérée à vigoureuse (APMV) quotidiennement.

La raison n’est pas nécessairement l’éloignement de l’école. En fait, aujourd’hui plus que jamais, les enfants se font reconduire sur des distances de plus en plus courtes. Cette tendance contribue à l’obésité chez les jeunes et aux problèmes comportementaux en classe, à augmenter la congestion ainsi que les risques et la frustration qui y sont associés, en plus de saper la vitalité de la communauté, qui prend racine dans le simple fait de poser nos pieds sur un trottoir.

Pourquoi est-ce important?

Le transport scolaire actif présente des avantages holistiques qui ont des effets non seulement sur l’individu, mais sur les écoles et les communautés entières. Nombreux sont les parents qui comprennent ces avantages pour les avoir vécus en tant qu’étudiants eux-mêmes; à l’échelle nationale, 58 % des parents* rapportent avoir marché ou s’être déplacés à vélo pour se rendre à l’école lorsqu’ils étaient enfants, comparativement à seulement 28 % de leurs propres enfants.

For-the-body

Pour le corps

Selon Participaction, seulement 9 % des jeunes de 5 à 17 ans au Canada répondent à la recommandation d’effectuer au moins 60 minutes d’activité physique modérée à vigoureuse, et ce pourcentage s’est maintenu à ce faible niveau depuis l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2007-2009. La marche ou la bicyclette peuvent donner aux jeunes leur essentielle dose quotidienne d’exercice, et se conjuguer à un moment de la journée qu’ils doivent vivre de toute façon : se rendre à l’école et en revenir.

En réduisant le nombre de voitures dans les zones scolaires, la qualité de l’air s’améliorera* et l’incidence et la gravité de l’asthme chez les étudiants seront diminuées.

For-the-mind

Pour la tête

C’est bien connu, l’activité physique réduit le stress chez les personnes de tous âges. La marche et le vélo enrichissent également l’expérience de vie* globale, ce qui leur procure un sentiment accru de confiance en soi* et d’estime de soi, grâce à une réussite sur le plan physique et aux interactions avec les autres élèves et leur communauté tout au long du chemin.

La marche est un moyen de vivre une expérience de vie bonifiée* et offre une possibilité aux enfants de gagner en indépendance, de penser de façon responsable et de prendre des décisions par eux-mêmes.

For-the-classroom

En classe

La marche ou la bicyclette ne contribuent pas seulement à augmenter le temps hebdomadaire d’activité physique requis pour un enfant : des recherches* et des projets pilotes ont prouvé que :

  • l’activité physique sur le chemin de l’école augmente l’énergie et favorise l’attention chez l’élève;
  • les résultats scolaires sont plus élevés en moyenne chez les enfants qui emploient un mode de transport actif;
  • les problèmes comportementaux en classe sont diminués.
For-the-School-Zone

Dans la zone scolaire

Diminuer le nombre de voitures circulant dans les zones de débarcadères des écoles :

  • réduit les risques d’accidents impliquant des voitures et des personnes;
  • améliore la qualité de l’air dans le quartier;
  • évite au personnel de l’école de devoir contrôler la circulation, de sorte qu’ils peuvent consacrer plus de temps à l’apprentissage des jeunes;
  • réduit les coûts en infrastructures engendrés par la mise en place d’un débarcadère pour les voitures.
For-the-Community

Pour la communauté

Marcher à l’école fait découvrir aux enfants leur milieu de vie. Le temps consacré au transport actif chez les jeunes est essentiel à la reconnaissance des rues de leur quartier, donc à leur capacité à se déplacer de façon sécuritaire dans le voisinage, ainsi qu’au développement de leur sentiment d’appartenance à une communauté élargie. Cela stimule aussi leur curiosité naturelle* sur le monde qui les entoure, tant sur le plan urbain qu’environnemental*, sur le chemin de l’école. Cela établit ainsi la base pour qu’ils deviennent des jeunes responsables et des adultes compétents qui contribueront à la vitalité de leur communauté pendant toute leur vie*.

Les choix de transport que font nos jeunes aujourd’hui peuvent devenir leurs habitudes de demain. Et parce que les jeunes sont les futurs navetteurs, Metrolinx veut les aider ainsi que leur famille à faire des choix sains et durables.

Nos enfants savent

Nos enfants eux-mêmes en connaissent les avantages. Écoutez ce qu’ils en pensent dans le cadre du projet pilote Stepping It Up.

* Ce lien mène vers du contenu qui est exclusivement en anglais